Quatre personnes tenant des post-its discutent devant un tableau blanc.

Design Thinking: l'essence cachée derrière le buzzword

30.01.20

Design Thinking est un terme qui prête toujours à confusion lorsque nous décrivons nos processus de travail. Nous expliquons d’où vient le Design Thinking, ce qu’il est – et ce qu’il n’est pas.

Le sens et non-sens des workshop de Design Thinking

La réflexion sur le Design Thinking a été un sujet de grand intérêt et de discussion animée l’année dernière. Les compétences en matière de Design Thinking sont très demandées et, par conséquent, de nombreuses organisations proposent des ateliers ou des bootcamps de Design Thinking. Cet article n’a pas pour but de critiquer ceci, mais il permettra de clarifier certaines des idées reçues sur le Design Thinking. Pour commencer: le Design Thinking n’est pas juste une étape qui peut être cochée sur une liste après un workshop.

Le terme Design Thinking est utilisé dans divers domaines et de différentes manières, ce qui entraîne une confusion sur ce qu’il représente réellement. En effet, le fait que ce terme soit devenu un mot à la mode l’a rendu controversé, en particulier dans la communauté du design qui a fortement critiqué ce manque de clarté. Il est temps de définir clairement le Design Thinking et ses méthodes.

D’où vient le Design Thinking et qu’est-ce que ça veut dire?

La notion de Design Thinking a été abordée pour la première fois par le psychologue cognitif Herbert Simon dans les années 1970. Il a introduit ce qui est aujourd’hui considéré comme les aspects clés de la méthode. Le terme Design Thinking en tant que tel n’a été introduit que plus tard, en 1987, par Peter Rowe dans son livre du même nom. Cette méthode a été développé à l’origine dans le domaine du design industriel, mais son utilisation s’est depuis étendue à d’autres domaines.

Le Design Thinking est généralement visualisé en cinq étapes:

  1. Empathie: Recherche et compréhension approfondie des besoins des utilisateur·trice·s
  2. Définition: Fomulation d’une problématique précise
  3. Idées: Brainstorming pour trouver des solutions potentielles
  4. Prototype: Prototypage d’une solution particulière
  5. Test: Test du prototype et écoute du feedback de nos utilisateur·trice·s

Ce qui semble être une progression simple et linéaire est en réalité un processus désordonné, où les retours en arrière et les répétitions d’étapes sont fréquents. Par exemple, les idées et les commentaires reçus pendant les tests peuvent conduire à une remise question du problème, ou alors à la création d’un prototype entièrement nouveau, qui doit être testé à nouveau. Au cours de cette procédure d’itération constante, ce sont les besoins des utilisateur·trice·s qui sont la force motrice du processus de Design Thinking.

Résoudre des problèmes par une approche centrée sur l’humain et adaptée à tous les domaines

Aucune de ces étapes mentionnées ci-dessus n’est explicitement basée sur des compétences de design. Cette méthode est en fait une combinaison de pratiques issues de l’ethnographie, de brainstorming et d’itération constante. Ce sont des méthodes que certaines disciplines créatives utilisent depuis des décennies. Anish Joshi, design qui discute les méthodes et l’industrie du Design dans ses conférences, résume le Design Thinking comme une approche de résolution de problèmes centrée sur l’humain

Une approche de la résolution de problèmes centrée sur l’être humain, voilà ce dont il s’agit et comment on doit le définir. Les designer·euse·s (et les autres) qui font du vrai design, font du Design Thinking: pour eux, une approche centrée sur l’humain est intrinsèque à l’acte de création.

Cette méthode peut être apprise et utilisée par des personnes issues de disciplines très diverses. L’illustration de Karel Vredenburg permet de montrer comment le Design Thinking est une procédure globale appropriée à tous les domaines, y compris le design, l’économie et l’ingénierie. Il ne faut donc pas confondre le Design Thinking avec le design en tant que discipline. Il ne s’agit pas d’une profession en soi, mais simplement de l’application de méthodes ethnographiques et créatives à la résolution de problèmes.

T-shaped diagram where Design Thinking respresents the horizontal stroke and the disciplines Busines, Design and Engineering the vertical stroke.
Design Thinking is the overarching methodology for all the subdisciplines. Illustration by Karel Vredenburg.

Le Design Thinking est aussi un processus d’apprentissage constant

Comme le Design Thinking utilise un assemblage complexe d’outils provenant de différents domaines, on ne peut pas le maîtriser juste en participant à un workshop. Les bootcamps de Design Thinking ne vous permettent pas de maîtriser toute la boîte à outils mais offrent plutôt une introduction générale aux méthodes. Le Design Thinking en lui-même est un processus d’apprentissage constant qui implique de changer d’attitude, de suivre des cours, d’adopter une différente perspective. C’est en intégrant la méthode dans votre travail et en l’exerçant qu’elle deviendra pour vous un outil efficace.

Nous n’offrons pas de bootcamps, mais nous sommes là pour vous aider à appliquer les méthodes de Design Thinking dans votre projet. Intéressés? Laissez un message à viz@nothing.ch.